A Call to Protect the Congolese People

Tasneem Jamal

Letter on behalf of The Canadian Council of Churches, Kairos and Project Ploughshares to the Prime Minister

(français)

July 4, 2003

The Right Honourable Jean Chrétien,

We, speaking together as the member churches of the Canadian Council of Churches, KAIROS: Canadian Ecumenical Justice Initiatives and Project Ploughshares, write to urge intensified efforts by Canada and the international community to provide protection to the vulnerable people of the Democratic Republic of Congo (DRC), especially the people of Bunia in the Ituri District, and to provide effective support for the current transitional government of the DRC.

The chaos of Bunia is only the latest event in a series of tragedies that has been possible due to the woefully inadequate engagement by the international community, including Canada, in the face of ongoing injustices such as:

  • the death of some 3.3 million Congolese since 1998, according to the estimates of the International Rescue Committee in April 2003;
  • illegal occupation of Congolese territory by neighbouring countries, especially Uganda and Rwanda since 1998;
  • illegal extraction of the DRC’s natural resources by occupying countries; and
  • large scale human rights violations committed by all the parties to the conflict including massacres of civilians, the use of rape as a weapon of war, and cannibalism as a means of sowing terror.

Along with much of the rest of the world, many of us have paid insufficient attention to the extraordinary humanitarian crisis that has emerged in the DRC. The current situation is itself a product of decades of conflict, which the world has both exploited and ignored. Canadian churches and church agencies have been, and continue to be, present in the DRC. We continue our humanitarian and peacebuilding work in cooperation with partners in the region. But the severity of the crisis, as well as the imperatives of human security and our common humanity with the people of Africa, point to the need for urgent and effective responses in support of the people of the DRC.

Despite the many resolutions of the United Nations Security Council, it took until September of 2002 for Rwanda to leave the DRC, and Uganda left only in April of this year. Recent reports from some partners in South Kivu indicate that Rwandan troops are active in the country once again. Unfortunately, the troops of the UN Observer Mission (MONUC) have been unable to prevent the massacres of civilians, whether in Kisangani in 2002 or this year in Bunia. We therefore urge you to continue to work with your colleagues in the G8 to implement the Africa Action Plan adopted at Kananaskis, which promised “to make conflict prevention and resolution [in Africa] a top priority.…” We appreciate your support for this priority and urge you to continue to work with your colleagues in the G8 to make it a reality.

The primary focus of the Interim Emergency Multinational Force (IEMF), directed by France and joined by Canada, under the mandate of the United Nations Security Council should be protection of the vulnerable. The report of the International Commission on Intervention and State Sovereignty has rightly noted that when governments are incapable or unwilling to protect their own citizens, it is the responsibility of the international community to come to the aid of those who are in grave peril. Such a situation has clearly existed in the DRC for some time, and so the international community must now act effectively to protect the vulnerable and control the violence through an effective international policing force, and to begin to create the conditions for the long-term work of building peace and restoring relationships between the peoples of Bunia and the region. We pray that the IEMF will be effective and thus allow the Ituri Pacification Commission, which was established on April 13, to begin its work. The Commission’s efforts to restore peace in the regions of conflict will in turn create better conditions for the Congolese peace process as a whole. We urge you to remain committed to the peace process for the entire DRC and we are very pleased with the participation of Canada in the International Monitoring Committee.

Finally, we must mention the activities of Canadian companies who continue to operate in the region, some of them in Ituri District itself. The last report of the United Nations Group of Experts cited 8 Canadian companies that were in violation of the Organisation for Economic Co-Operation and Development (OECD) guiding principles for transnational corporations. The government of Canada should verifiably reassure the Congolese people that these companies fully abide by basic principles of corporate social responsibility and that their activities are not prolonging or, indeed, exacerbating the conflict by providing resources and legitimacy to militias and armed forces.

In summary, we recommend that the Canadian government:

  • encourage sustained and increased funding through CIDA and other agencies for peacebuilding activities in those areas of the country where active fighting is not occurring; and
  • significantly increase support for the work of the International Monitoring Committee on the peace accords;
  • strongly support a further increase in human resources for MONUC for the purposes of protecting civilians;
  • encourage increased international support for the protection efforts of the Interim Emergency Multinational Force;
  • call Canadian companies to account, ensuring that they abide by codes of conduct for corporate responsibility that include effective compliance, verification, and monitoring initiatives so that Canadian companies in no way prolong the conflict in the DRC.

The challenges of Africa are immense, and nowhere more so than in the DRC. All peoples are created in the image of God with a vocation of service to one another and creation – this is the source of human dignity and consequently human rights. We may not, therefore, neglect any corner of creation. When conflict and poverty prevent people from exercising their rights and vocation, we are called to build peace and restore right relationships. Building a more peaceful world, where human rights and dignity are respected, is honourable work.

Be assured that our prayers are with you, and may your efforts be blessed,

Signed:

Prof. Richard Schneider, President, Canadian Council of Churches
Jane Orion Smith, Chair, KAIROS: Canadian Ecumenical Justice Initiatives
Moira Hutchinson, Board Chair, Project Ploughshares

 

Le 30 juin 2003

Monsieur Jean Chrétien
Premier ministre du Canada
Chambre des Communes
Rue Wellington
Ottawa (Ontario)
K1A 0A6

Monsieur le Premier Ministre,

C’est avec empressement que nous, les églises-membres du Conseil canadien des Églises, KAIROS (Initiative œcuménique canadienne pour la justice) et Project Ploughshares, vous écrivons pour vous demander avec insistance que le Canada et la communauté internationale intensifient leurs efforts pour assurer la protection des populations vulnérables de la République démocratique du Congo (RDC), en particulier des populations de Bunia dans le district d’Ituri, et pour apporter un appui efficace à l’actuel gouvernement de transition de la RDC.

Le chaos à Bunia n’est que la dernière d’une série de tragédies rendues possibles par l’affligeante absence d’engagement adéquat de la communauté internationale, y compris du Canada, face aux injustices qui perdurent, telles :

  • la mort de quelque 3,3 millions de Congolaises et de Congolais depuis 1998 (selon les estimés d’avril 2003 du Comité international de secours);
  • l’occupation illégale du territoire congolais par des pays voisins, en particulier l’Ouganda et le Rwanda depuis 1998;
  • l’extraction illégale des ressources naturelles de la RDC par les pays occupants;
  • et les violations à grande échelle des droits humains commises par toutes les parties au conflit, y compris les massacres de civils, le recours au viol comme arme de guerre, et le cannibalisme comme moyen de semer la terreur.

À l’image de presque l’ensemble du monde, plusieurs d’entre nous n’avons pas accordé une attention suffisante à l’extraordinaire crise humanitaire qui s’est produite en RDC. La situation actuelle résulte elle-même de décennies de conflits que le monde a soit exploités, soit ignorés. Les Églises et les agences d’Église canadiennes se sont rendues présentes, et demeurent présentes, en RDC. Nous poursuivons notre travail d’assistance humanitaire et de construction de la paix en collaboration avec nos partenaires dans la région. Mais la gravité de la crise, les exigences de sécurité humaine et notre commune humanité avec les peuples de l’Afrique nous obligent à lancer un appel pour des actions urgentes et efficaces en appui au peuple de la RDC.

Malgré les nombreuses résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies, il a fallu attendre jusqu’en septembre 2002 pour voir le Rwanda quitter la RDC, et l’Ouganda n’est parti qu’en avril de cette année. De récents rapports de nos partenaires du Kivu du Sud indiquent que des troupes rwandaises interviennent à nouveau dans le pays. Malheureusement, les troupes de la Mission d’observation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC) se sont montrées incapables de prévenir les massacres de civils, que ce soit à Kisangani en 2002 ou à Bunia cette année. Par conséquent, nous vous pressons à poursuivre le travail avec vos collègues du G-8 en vue de l’implantation du Plan d’action pour l’Afrique adopté à Kananaskis qui déclarait vouloir « faire de la prévention et de la résolution des conflits (en Afrique) une priorité élevée ». Nous nous réjouissons de votre appui à cette priorité et vous demandons avec insistance de continuer à travailler avec vos collègues du G-8 pour la traduire en réalité.

Le tout premier but de la Force multinationale intérimaire d’urgence (FOMIU), dirigée par la France avec l’aide du Canada et sous mandat du Conseil de sécurité des Nations Unies devrait être la protection des populations vulnérables. Le rapport de la Commission internationale de l’intervention et de la souveraineté des États (CIISE) a noté avec justesse que lorsque des gouvernements se révèlent incapables, ou refusent, de protéger leurs propres citoyennes et citoyens, il est de la responsabilité de la communauté internationale de venir en aide à celles et ceux qui se trouvent en péril grave. À l’évidence, pareille situation existe en RDC depuis un certain temps, et la communauté internationale doit donc maintenant intervenir avec efficacité pour protéger les gens vulnérables, contrôler la violence grâce à une force de police qui soit internationale et efficace, et commencer à instaurer les conditions qui rendront possible le travail à long terme de construction de la paix etde restauration des bonnes relations au sein des populations de Bunia et de la région. Nous prions pour que la FOMIU soit un outil efficace qui permette aussi à la Commission de la pacification d’Ituri, établie le 13 avril, de commencer son travail. Les efforts de la Commission en vue de restaurer la paix dans les régions de conflit entraînerait à son tour la mise en place des conditions requises pour un processus de paix d’ensemble au Congo. La participation du Canada au Comité internationalde suivi nous réjouit grandement, et nous vous demandons de maintenir fermement votre engagement dans le processus de paix pour toute la RDC.

Enfin, nous devons mentionner les activités des compagnies canadiennes qui poursuivent leurs opérations dans la région, certaines dans le district d’Ituri même. Le dernier rapport du Groupe d’experts des Nations Unies nomme huit compagnies canadiennes qui violaient les principes d’orientation édictés par l’Organisation de développement et  de coopération économiques (OCDE) à l’intention des entreprises transnationales. Le gouvernement du Canada doit assurer les populations congolaises de façon vérifiable que ces compagnies respectent entièrement les principes de base de la responsabilité sociale des entreprises et que leurs activités ne contribuent pas à prolonger ou même, en fait, à exacerber le conflit en procurant ressources et légitimité aux milices et aux forces armées.

En résumé, nous recommandons que le gouvernement du Canada :

  • encourage l’ACDI et d’autres agences à assurer un financement soutenu et accru aux activités de construction de la paix dans les régions du pays où il n’y a pas de combat actif ;
  • accroisse de façon notable son appui au travail du Comité international de suivi des accords de paix ;
  • appuie fortement une nouvelle augmentation des ressources humaines et l’élargissement du mandat de la MONUC pour la protection des populations civiles ;
  • travaille à obtenir un appui international plus grand pour les efforts de protection menés par la Force multinationale intérimaire d’urgence ;
  • et exige des compagnies canadiennes qu’elles rendent des comptes et montrent qu’elles mettent en pratique des codes de conduite assurant leur responsabilité d’entreprise, incluant des initiatives efficacies d’observance, de vérification et de surveillance, de sorte que les compagnies canadiennes ne puissent en aucune manière contribuer à prolonger le conflit en RDC.

Les défis de l’Afrique sont énormes, et nulle part davantage qu’en RDC. Toutes les personnes sont créées à l’image de Dieu avec une vocation de service envers les autres et envers la création – telle est la source de la dignité humaine et par conséquent, des droits humains. Nous ne pouvons donc pas négliger une quelconque région de la création. Quand un conflit et la violence empêchent des personnes d’exercer leurs droits et leur vocation, nous sommes appelés à construire la paix et à restaurer de justes relations. Édifier un monde de plus grande paix, dans lequel les droits humains et la dignité humaine sont respectés, est une œuvre honorable.

Nous vous assurons que nos prières vous accompagnent. Puissent vos efforts êtres bénis.  

Richard Schneider, professeur
Président
Conseil canadien des Églises   

Jane Orion Smith
Présidente
KAIROS: Initiatives œcuméniques canadiennes pour la justice

Moira Hutchinson 
Présidente du conseil d’administration
Project Ploughshares

c.c.:      Monsieur Bill Graham, ministre des Affaires étrangères
            Monsieur John J. McCallum, ministre de la Défense nationale

Spread the Word