Canadian Church Leaders Urge Prime Minister to Pursue Peace in Iraq Crisis

Tasneem Jamal

Letter to Prime Minister Jean Chrétien on the impending invasion of Iraq

(français)

The Right Honourable Jean Chrétien
Prime Minister of Canada
House of Commons
Ottawa, Canada K1A 0A2
28 February, 2003
Dear Prime Minister Chrétien:

We write as Christian leaders in many communities in Canada to encourage you in the pursuit of peace in relation to the crisis over Iraq. We pray with people around the world for the human community, that God will make us all instruments of peace. We pray with the psalmist for God’s promise, that leaders will emerge in whose days justice shall flourish, and peace, till the moon fails (Psalm 72:7).

We share the concern of millions at the relentless efforts to mobilize the world for another war in the vain hope that it will bring peace and security. We fear that the combination of the Iraqi government’s intransigence and the war preparations of the American and British governments will inflict deadly consequences on the people of Iraq. We implore you to redouble Canada’s efforts to prevent this war.

We are aware that the regime of Saddam Hussein has led Iraq on paths of violence and defiance of international standards that protect human rights and that prohibit the acquisition and use of weapons of mass destruction. This must be condemned, as must the readiness of Washington and London to resort to violence. Neither are means to sustainable disarmament and peace.

Despite the gravity of this situation, we see hope as people the world over express grave concern about a potential war and its devastation. We are encouraged by the tens of thousands of Canadians who have endorsed “Prepare for Peace in Iraq”, the Canadian churches’ statement that declares, “war is not the answer!” Your office has received weekly deliveries of the names of people who have signed this statement.

We are grateful that you and your government continue to seek and support alternatives to war and to insist that decision making in this crisis must be collective, not unilateral, through the United Nations. Still, we must impress upon you at this time our firm belief that war on Iraq, even with explicit Security Council authorization, would be the worst option.

In our letter of September 25, 2002, we strongly urged attention to alternatives, especially a renewal of the inspections process. We are therefore enormously heartened that, through the United Nations, the inspections process has been renewed. It represents an important part of a credible strategy and alternative to war. It appears to be making a significant impact.

We understand and respect the concern about Iraq’s possible possession of weapons of mass destruction and whether it has, or might acquire, the means to use them against its own people and its neighbours. However, as long as inspectors are active in Iraq it will not be possible for the regime to undertake such activities without being detected.

In as much as there is a continuing danger that chemical and biological weapons which are not accounted for could be diverted to non-state terrorist organizations, it must be recognized that such a danger would increase, not decrease, in the context of the unanticipated consequences of war.

While the inspections process is not perfect, it is now fulfilling the most urgent requirement: providing credible assurance to the international community that there is not an imminent threat of Iraqi use of weapons of mass destruction.

In light of this, there is no justification for choosing war when an alternative to the use of military force is already working to provide verification and containment.

The need now is to continue with the inspections and to set up the “Ongoing Monitoring and Verification” process as mandated by the UN Security Council. This must remain in place until all weapons of mass destruction have been accounted for and destroyed, until the Government of Iraq permanently disavows such weapons, and until the world community is confident that its disavowal is credible.

We ask you to remind the international community to remember first the safety and well-being of the people of Iraq. They have suffered much under the present regime. The rest of the world, as the churches’ joint statement puts it, must support them with new vigour in their struggle to free themselves from an oppressive regime, “not with more bombs and missiles, but with sustained moral, political and material support” toward the achievement of human rights, peace and security.

Therefore, we again appeal to you and the UN Security Council to say an unambiguous “no” to war on Iraq, and a clear “yes” to building on the current process. To sweep aside hard won achievements in favour of war would be a travesty of justice and a tragedy of frightening proportions.

We recognize that this is a time of immense pressure and reflection for you and your colleagues. Please be assured of our continuing prayers and support.

Sincerely,

Archbishop Michael Peers
Primate
The Anglican Church of Canada

Archbishop Hovnan Derderian
Primate
Armenian Holy Apostolic Church, Canadian Diocese

The Rev. Dr. Kenneth Bellous
Executive Minister
Baptist Convention of Ontario and Quebec

The Right Rev. Maurice Hicks
General Superintendent
British Methodist Episcopal Church

Bishop Jacques Berthelet, C.S.V.
Bishop of Saint-Jean-Longueuil
President
Canadian Conference of Catholic Bishops

John Calder
Clerk
Canadian Yearly Meeting of the Religious Society of Friends (Quakers)

The Rev. Fr. Messale Engeda
Presiding Priest
Ethiopian Orthodox Tewahedo Church in the Western Hemisphere

The Rev. Raymond Schultz
National Bishop
Evangelical Lutheran Church in Canada

Don Peters
Executive Director
Mennonite Central Committee Canada

Henry Krause
Moderator
Mennonite Church Canada

The Right Rev. Seraphim
Bishop of Ottawa and Canada
Orthodox Church in America

The Very Rev. Anthony Nikolic
Polish National Catholic Church of Canada

The Rev. J. Mark Lewis
Moderator, 128th General Assembly
The Presbyterian Church in Canada

The Rev. Siebrand Wilts
Stated Clerk
Regional Synod of Canada
Reformed Church in America

Metropolitan Archbishop Wasyly (Fedak)
Primate

Ukrainian Orthodox Church of Canada

The Right Rev. Dr. Marion Pardy
Moderator
United Church of Canada

The Rev. William F. Veenstra
Canadian Ministries Director
Christian Reformed Church in North America

The Rev. F. Thomas Rutherford
Regional Minister
Christian Church (Disciples of Christ) in Canada
Ecumenical agencies:

Jane Orion Smith
Chair, Board of Directors
KAIROS: Canadian Ecumenical Justice Initiatives

Moira Hutchinson
Chair, Board of Directors
Project Ploughshares

 

Le Très honorable Jean Chrétien
Premier ministre du Canada
Chambre des Communes
Ottawa, Canada K1A 0A2
28 Février 2003
Monsieur le Premier ministre,

Nous nous adressons à vous en tant que dirigeants de nombreuses communautés du Canada pour vous encourager à rechercher la paix, au milieu de la crise qui sévit en Irak. En union avec des hommes et des femmes du monde entier, nous prions pour la communauté humaine, demandant à Dieu de faire de nous tous des instruments de paix. Avec le psalmiste, nous prions pour que s’accomplisse la promesse de Dieu : il surgira des chefs, en leurs jours justice fleurira, et grande paix jusqu’à la fin des lunes (Psaume 72,7).

Nous partageons l’inquiétude de millions de personnes devant les efforts incessants déployés pour mobiliser le monde pour une autre guerre, dans le vain espoir qu’elle apportera la paix et la sécurité. Nous craignons que l’association de l’intransigeance de l’Irak et des préparatifs de guerre des États-Unis et de la Grande-Bretagne ait de graves conséquences pour le peuple irakien. Nous vous implorons de redoubler les efforts du Canada pour prévenir cette guerre.

Nous sommes pleinement conscients que le régime de Saddam Hussein a mené l’Irak sur les sentiers de la violence et du mépris des normes internationales qui protègent les droits humains et qui interdisent l’acquisition et l’utilisation d’armes de destruction massive. Il faut condamner ces gestes, tout comme l’empressement de Washington et de Londres à recourir à la violence. Aucune de ces actions ne saurait mener à un désarmement et à une paix durables.

Malgré la gravité de la situation, notre espoir se ravive à la vue de personnes qui, dans le monde entier, sont grandement préoccupées par la possibilité d’une guerre et par ses tourments. Nous nous sentons encouragés par les milliers de Canadiens et de Canadiennes qui ont souscrit à « Se préparer pour la paix en Irak », la déclaration dans laquelle les Églises du Canada clament que « la guerre n’est pas la réponse! » Votre bureau a reçu livraison, chaque semaine, des noms des signataires de cette déclaration.

Nous vous sommes reconnaissants, à vous et à votre gouvernement, de rechercher et de supporter d’autres avenues que la guerre et que la prise de décision, dans cette crise, doit être collective et non unilatérale et se faire par l’intermédiaire des Nations Unies. Bien plus, nous voulons vous faire comprendre notre ferme conviction que d’entrer en guerre contre l’Irak dans la conjoncture actuelle, même avec l’autorisation explicite du Conseil de sécurité serait la pire des solutions.

Dans notre lettre du 25 septembre 2002, nous vous pressions d’envisager des solutions de rechange, en particulier la reprise du processus des inspections. C’est donc avec un profond soulagement que nous avons vu les inspections reprendre, sous l’égide des Nations Unies. Cette mesure représente un élément important d’une stratégie crédible et d’une solution de rechange à la guerre et semble avoir un impact important.

Nous comprenons et respectons l’inquiétude que soulève la possession éventuelle d’armes de destruction massive par l’Irak, ainsi que la possibilité que ce pays détienne ou acquière les moyens de les utiliser contre son peuple et ses voisins. Toutefois, tant que les inspections en Irak se poursuivront, le régime ne pourra pas entreprendre de telles activités sans qu’on s’en rende compte.

Le danger demeure que de telles armes chimiques et biologiques non déclarées soient détournées au profit d’organisations terroristes non gouvernementales; or, il faut reconnaître qu’il augmenterait, plutôt que de diminuer, dans le contexte des conséquences imprévues d’une guerre.

Tout en demeurant imparfait, le processus des inspections répond actuellement à l’exigence la plus pressante, qui est d’assurer à la communauté internationale qu’il n’y a pas menace imminente d’utilisation d’armes de destruction massive par l’Irak.

Dans ce contexte, il n’est pas justifié de choisir la guerre lorsque la solution de rechange à l’usage de la force militaire se révèle déjà productive pour le contrôle et la contention.

Il faut maintenant poursuivre les inspections et mettre sur pied le « Processus de surveillance et de vérification permanentes » sanctionné par le Conseil de sécurité des Nations Unies. Cette mesure doit être maintenue tant que la totalité des armes de destruction massive n’aura pas été déclarée et détruite, que le Gouvernement irakien n’aura pas désavoué définitivement de telles armes et que la communauté mondiale n’aura pas jugé ce désaveu crédible.

Nous vous demandons de rappeler à la communauté internationale de songer en premier lieu à la sécurité et au bien-être du peuple irakien, qui a déjà beaucoup souffert sous le présent régime. Il faut que le reste du monde, pour reprendre la déclaration conjointe des Églises, l’appuie avec vigueur dans sa lutte pour se libérer d’un régime oppresseur, « non pas de plus de bombes et de missiles, mais d’un appui moral, politique et matériel soutenu. » en vue de l’instauration des droits de l’homme, de la paix et de la sécurité.

Une fois de plus, nous vous pressons donc, vous et le Conseil de sécurité des Nations Unies, de dire un « non » sans ambiguïté à la guerre contre l’Irak et un «oui » très clair à la poursuite du processus en cours. Repousser du revers de la main des réalisations chèrement acquises pour opter pour la guerre représenterait un travesti de justice et une tragédie aux proportions alarmantes.

En ces temps de pression et de réflexion intenses que vous et vos collègues traversez, nous vous assurons de nos prières et de notre appui.

Agréez, Monsieur le Premier ministre, l’expression de notre très haute considération.
Le Très Rév. Michael Peers, primat, Église anglicane du Canada

L’archevêque Hovnan Derderian, Primat, Église orthodoxe arménienne, diocèse du Canada

Le Rév. Kenneth Bellous, ministre exécutif, Convention baptiste de l’Ontario et du Québec

Le Très Rév. Maurice Hicks, superintendant général, Église méthodiste épiscopale britannique du Canada

Mgr Jacques Berthelet, C.S.V., président, Conférence des évêques catholiques du Canada

John Calder, clerc de l’Assemblée annuelle canadienne, Société religieuse des Amis (Quakers)

Le Rév. Messale Engeda, prêtre-président, Église orthodoxe éthiopienne Tewahedo de l’hémisphère occidentale.

Le Rév. Raymond Schultz, évêque national, Église luthérienne évangélique du Canada

Don Peters, directeur exécutif, Comité central mennonite du Canada

Le Rév. Henry Krause, modérateur, Église mennonite du Canada

Le Très Rév. Seraphim, évêque d’Ottawa et du Canada, Église orthodoxe d’Amérique

Le Très Rév. Anthony Nikolic, Église catholique nationale polonaise

Le Rév. J. Mark Lewis, modérateur, 128e assemblée générale, Église presbytérienne du Canada

Le Rév. Siebrand Wilts, clerc correspondant, Synode régional du Canada, Église réformée d’Amérique

L’archevêque métropolite Wasyly (Fedak), primat, Église orthodoxe ukrainienne du Canada

Le Très Rév. Marion Pardy, modératrice, Église unie du Canada

Le Rév. Wm. C. Veenstra , Directeur, Ministère Canadien , L’Église chrétienne reformée en Amérique du Nord

Le rév. F. Tom Rutherford , ministre regional , Église chrétienne (Disciples du Christ) du Canada
et aussi :

Jane Orion Smith, présidente, KAIROS : Initiatives œcuméniques canadiennes pour la justice.

Moira Hutchinson, président, Project Ploughshares

Spread the Word